hé 2021! Tu crains!

Alors que l’année 2021 commence sur les chapeaux de roue pour l’Étincelle, où la désinformation et les petites phrases se multiplient, nous avons tenu à prendre le temps d’exposer les faits et de donner notre point de vue sur la situation. Espérons que ces quelques lignes permettront à celles et ceux qui le souhaitent d’approcher un peu plus de la vérité. Pour les autres, nous ne pouvons malheureusement plus grand-chose. Ce texte se veut notamment une réponse aux articles de presse parus suite au conseil municipal du 25 janvier dernier.

  • Pourquoi sommes-nous dans des locaux de la mairie?

Avant de déménager en 2017, l’Étincelle était installée historiquement rue Maillé. Ça tout le monde le sait. Ce que tout le monde sait aussi c’est que la mairie a acquis le bâtiment dans le cadre d’un projet de « réaménagement du quartier ». À la place on devait voir pousser une gentille petite école. Ce projet a très vite disparu pour laisser la place à un splendide projet immobilier… Bref, la gentrification n’est pas le projet qui nous préoccupe aujourd’hui (enfin pas que). 


Avant le déménagement, la mairie a donc proposé à l’Étincelle comme il était de coutume à l’époque, de la reloger dans des bâtiments lui appartenant. Il va sans dire que cette proposition a fait l’objet de moultes discussions au sein de nos collectifs. Mais le fait de disposer d’un local nous permettant, pendant un temps, de poser nos valises et de pouvoir réfléchir à l’avenir l’a emporté sur le reste. Nous n’avons jamais été dupes de ce relogement de la mairie. Même si nos interlocuteurs et interlocutrices de la mairie nous faisait miroiter la possibilité de pouvoir occuper ses locaux pendant plusieurs années, nous savions toutes et tous qu’à la première occasion la mairie allait tout faire pour nous mettre à la porte.


Le fait est que les relations avec la mairie, depuis notre arrivée boulevard du Doyenné n’ont jamais été simples. Mais les derniers mois nous ont montré la volonté des institutions municipales de contribuer au pourrissement de celles ci. L’attaque des néonazis le 11 janvier dernier a signé le paroxysme de ce « foutage de gueule » municipal.


Après 10 jours de silence, lors du conseil municipal du 25 janvier dernier, le maire Christophe Béchu a daigné s’exprimer au sujet des attaques de l’extrême droite sur notre local associatif (nous considérons le tweet laconique de la ville d’Angers sur un sujet aussi important qu’un saccage aux symboles nazis, comme une erreur de communication, ou alors est-ce à mettre sur le dos de la cyberattaque qu’a connue la ville ?). Pour rappel, si la revendication de l’attaque du lieu n’était pas encore connue au moment où nous avons informé la mairie, propriétaire des locaux, nous ne lui avons pas caché la présence de signes fascistes et nazis tagués sur le lieu à plusieurs reprises ces dernières semaines. Cela n’a pas semblé être un détail important à ce moment. Aucune constatation n’a été faite par les services municipaux. Comme toute dégradation habituelle, il nous a simplement été demandé de faire un « mairie 5/5 » afin de faire réparer les fenêtres…

  • Non, nous ne sommes pas le miroir de l’extrême droite

La mairie d’Angers nous renvoie dos à dos avec les fascistes et les néonazis. Cela ne nous étonne pas et une fois encore, l’argument « les extrêmes se rejoignent » est brandi pour amoindrir les faits. L’assimilation d’un lieu militant pour l’émancipation à un groupe nationaliste faisant des saluts nazis est plus que violente, pour nous, mais aussi pour toute personne sachant vraiment de quoi l’Histoire est faite. 


Dans le même temps Christophe Béchu se félicite que l’extrême-droite fasse des scores aussi faibles lors des élections. Mais comment s’en étonner lorsque l’on sait qu’une partie des idées d’extrême droite sont déjà au pouvoir ? Pas besoin d’une extrême-droite homophobe et sexiste quand on dispose dans son conseil municipal d’élu·es qui refusent de célébrer des mariages entre personnes de même sexe, ou quand on fait retirer une campagne de prévention où l’on voit deux hommes s’embrasser. Pas besoin d’une extrême droite anti-immigration quand on fait la chasse aux réquisitions permettant de loger des personnes à la rue quelle que soit leur situation administrative. Pas besoin d’une extrême droite sécuritaire quand on installe des caméras de surveillance à tous les coins de rue, qu’on arme et qu’on augmente les pouvoirs de la Police municipale.
Mais nous allons trop vite en besogne, nous sommes « une association politique » comme le dit le maire d’Angers. Fait-il de la politique, lui qui court sans succès depuis des années derrière un poste ministériel ? Non lui, il administre notre ville comme un leader de start-up. Il tente par tous les moyens de donner à Angers l’image d’une ville bien sous tout rapport. Une ville où il fait bon vivre quand on a les moyens de gagner décemment sa vie.

  • Notre combat ne s’arrêtera pas

Enfin, vous apprendrez par cette dernière déclaration de Christophe Béchu, qu’une nouvelle fois, l’Étincelle est sur la sellette. La mairie nous a fait part d’un courrier en juillet 2020 nous demandant de quitter les lieux en juillet 2021. Nous sommes « invité·es » à nous reloger nous-mêmes. En toute transparence, suite à ce courrier, de nombreuses prises de contact ont été lancées afin d’obtenir des explications auprès du service concerné. Nous n’avons à ce jour obtenu aucune réponse (7 mois de silence), et découvrons dans la presse que ce départ forcé est bel et bien confirmé. Il est grand temps de réagir face à la politique plus que délétère de la mairie vis-à-vis du milieu associatif angevin. 


Pour rappel, depuis plusieurs mois, l’Association des Jeunes de la Roseraie subit la même pression de la part de la Ville. Pour avoir la paix, peut-être faut-il clairement afficher des idées d’extrême-droite à l’image de l’Alvarium, qui s’il n’est pas locataire de la Mairie, bénéficie d’une tranquillité plus que questionnante. La liste des derniers événements affiche clairement la complaisance de la mairie avec l’extrême droite : absence totale de réaction suite à l’attaque néonazie de notre lieu, expulsion de la Grande Ourse, tentative d’expulsion de l’Étincelle, annonce sur la récupération de notre local par la Ville. Belle image pour une soi-disant douceur angevine. 


Merci encore à tous les soutiens exprimés envers l’Étincelle. Ce sont parfois les plus discrets les plus sincères. Certain·es élu·es ont vite oublié leur attitude vis-à-vis de l’Étincelle et lieux réquisitionnés quand ils et elles avaient l’occasion de les soutenir publiquement (oui parce qu’au passage, tous les beaux messages de soutien de l’opposition sont très vite parvenus jusqu’à la presse, mais nous les attendons toujours dans notre boîte aux lettres…). La mairie d’Angers peut bien nous expulser de notre local et ainsi accomplir l’un des vœux les plus chers de l’extrême-droite locale. Nous, militantes et militants de l’Étincelle et d’ailleurs ne disparaîtrons pas. Les idéaux que l’Étincelle a porté depuis 1997 ne disparaîtront pas. Pour la liberté, pour l’égalité, pour l’émancipation, nous continuerons à nous battre avec acharnement tant qu’il le faudra.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Samedi 30 janvier – Rassemblement contre l’extrême droite et le virage autoritaire du pouvoir: justice, égalité, émancipation

L’Étincelle, avec le soutien de nombreuses organisations et collectifs, appelle à un rassemblement samedi 30 janvier à 14h Place du Ralliement à Angers.

Ce rassemblement a pour objectif de faire entendre notre révolte contre l’attaque néonazie dont notre local a été victime. Mais nous n’oublions pas que cette attaque se déroule dans un contexte de plus en pesant, à Angers comme ailleurs. Des attaques contre les droits des personnes LGBTIQ+, à la répression des mouvements sociaux et le durcissement des lois sécuritaires, en passant par l’expulsion de réquisitions pour loger des personnes sans domicile fixe, les raisons de se mobiliser et de faire entendre notre colère ne manquent pas.

L’ambiance sur Angers est à l’image de ce que pourrait être ce début d’année 2021 pour tout·es : particulièrement lourde et sombre. Dans un contexte de crises sociale, sanitaire, écologique et économique, les forces réactionnaires tentent de tirer les marrons du feu. Les rues se fascisent : les milices s’affichent maintenant, ouvertement, comme néonazies. Le pouvoir se durcit, il se bunkerise et sort les dents et les griffes pour expulser foyers de contestations, réprimer les militant·es, et traiter de manière particulièrement dure les plus vulnérables d’entre nous.

A quelques jours de l’attaque par des néonazis du local de L’Etincelle, de l’expulsion de la Grande Ourse, des coups de pressions municipaux, et, tout récemment, de la convocation à la police d’un militant pour avoir « organisé des manifestations non autorisées » nous appelons à venir massivement se rassembler et converger sur Angers le samedi 30 janvier. Car cette date n’est pas anodine…

Samedi 30, en effet, la Manif pour tous lance un appel régional à rassemblement : s’opposant depuis toujours contre le projet de loi bioéthique (PMA) et le mariage pour tou·te·s, au service d’institutions qui voudraient nous voir disparaître, haineuse de nos identités et de nos sexualités. 

Côté Pile : Face à l’extrême-droitisation des rues

Angers, on le sait, est un point chaud pour les identitaires et l’extrême droite radicale en France. Depuis plusieurs années, leur local, l’Alvarium, sert de lieu de rencontre pour bon nombre  de fachos de l’Ouest de la France (et même d’ailleurs). Malgré des manœuvres politiciennes, depuis longtemps démasquées, pour camoufler une idéologie de plus en plus dure, il est clair que ce local sert à la diffusion d’idées et de pratiques fascistes. En témoignent notamment les liens clairs avec la page Telegram néonazie Ouest-Casual, sur laquelle postent régulièrement les « nationalistes Angevins ». C’est sur cette page qu’a été revendiqué le saccage de l’Etincelle, où les « militants » arborent le crane Totenkopf, symbole de la 3eme division SS, particulièrement investie dans les camps de concentration et d’extermination du 3ème Reich.


Se rassembler le 30 janvier, c’est aussi s’opposer au retour de la Manif pour Tous, qui appelle à converger régionalement sur Angers. Mouvement qui historiquement travaille contre l’égalité des droits pour les personnes LGBTQI+, on sait aussi que c’est un « mouvement social » à l’intérieur duquel les identitaires les plus nauséabonds en profitent pour gagner du terrain, et embarquer de plus en plus de personnes dans leurs dynamiques. C’est d’ailleurs le point de départ de la trajectoire de radicalisation de plusieurs de leurs militants et militantes. La Manif pour Tous n’est que le symptôme crasse d’un ordre heterocispatriarcal, blanc et bourgeois, qui s’attaque directement aux identités queers et à toutes les femmes. Trans, pd, gouines, féministes, ne leur laissons pas la rue le 30 : rappelons leur que nous sommes fort·es et fier·es, et que les LGBTQI+ /féministes ne marchent pas dans la complaisance sournoise de Béchu et ses élus. Rappelons-leur que face à la LMPT, face aux institutions, nous exigeons le respect des corps et des identités queers, et que nous continuerons de revendiquer la PMA pour tou·te·s.


Côté Face : Face au durcissement du pouvoir policier et préfectoral

Mais ce n’est pas simplement cette fascisation des rues qui constitue le signe fort de ce à quoi nous devons nous préparer pour 2021. L’exécutif, incarné dans le durcissement des postures préfectorales et policières, montre une tendance inquiétante. Au niveau national, la loi Sécurité Globale entend enrayer toute forme de contestation, en généralisant l’usage de drones de surveillance, en renforçant l’impunité policière et en diminuant la capacité des citoyen·ne·s à renseigner les violences policières. 


A l’échelle locale, nous avons assisté à deux reprises, au mois de décembre et janvier, à des faits jamais vus dans notre département : deux expulsions en pleine période hivernale – quelques temps après le décès d’un SDF dans nos rues. Mais c’est un mouvement que les ministères du Logement, de l’Intérieur et de la Justice assument nationalement, en appelant les préfets à faciliter les « expulsions forcées », et ce, période hivernale ou non.

Enfin, c’est un signe tout aussi inquiétant qui emporte l’urgence absolue de manifester samedi : alors que dans tous les textes internationaux, le droit de manifester est sacralisé, et ne peut en aucune cas faire l’objet d’une autorisation, un militant est convoqué cette semaine car il est suspecté d’avoir « organiser une manifestation non autorisée ». Nous sommes face à une fascisation claire du pouvoir.
Bonus : et la mairie, dans tout cela ? 

Alors qu’elle aurait du dénoncer le plus vivement et le plus rapidement possible le saccage de l’Etincelle, alors qu’elle aurait du déposer plainte immédiatement après l’attaque néonazie, alors qu’elle s’entête à ignorer la question du logement sur Angers, et qu’elle s’amuse à renvoyer dos à dos des personnes qui revendiquent un monde plus juste à ceux qui fantasment sur les brigades d’extermination du 3ème Reich, elle a préféré, vendredi dernier, mettre un coup de pression à grand renfort policier aux militant·e·s de l’Etincelle qui avait décidé de porter assistance aux expulsé·e·s de la Grande Ourse.


Nous ne nous satisfairons pas de cette dérive générale.
Toutes et tous à Angers place du Ralliement le 30 janvier à 14h.

Appel à l’initiative de plusieurs collectifs et militant·e·s  angevin·e·s (en concertation avec le collectif Queer autonome et écrit à plusieurs mains, par des militant·e·s issu·e·s de collectifs antifascistes, LGBTQI+, autonomes, féministes, syndicalistes, anticapitalistes ou militant pour le droit au logement)

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Coup de pression municipal: un drôle de timing

Alors que notre local a été la victime d’une attaque de la part de néonazis, alors que la Grande Ourse a été expulsée et ses habitant·es jeté·es à la rue, la mairie d’Angers continue de mettre la pression sur celles et ceux qui s’opposent à l’extrême droite.Hier vendredi 22 janvier, en fin de matinée, la Police municipale a été envoyée à l’Étincelle pour des raisons soi-disant administratives. En réalité l’objet de cette visite imposante (comme en témoignent la photo montrant le nombre de policiers municipaux et nationaux mobilisés) n’était autre que de mettre la pression sur les militant·es de l’Étincelle, solidaires de la Grande Ourse. Oui nous prêtons une partie de notre local à nos camarades de la Grande Ourse pour y entreposer une partie des affaires qu’ils et elles ont du déménager en catastrophe jeudi matin.

Par ailleurs, l’attitude de la mairie et des pouvoirs publics, préfecture en tête, dans le cadre de l’attaque que nous avons subie nous interroge. Nous avons le sentiment que tout n’est pas mis en œuvre pour retrouver les auteurs de cette attaque, alors que nous avons apporté un certain nombre d’éléments concrets aux enquêteurs.
Pire, la réaction de la mairie qui, dans un tweet laconique, semble nous renvoyer dos à dos avec les néonazis et ne condamne que du bout des lèvres en usant le qualificatif de « cambriolage » ce qui est en réalité une attaque politique contre notre lieu, nous révolte.

Nous sommes aujourd’hui plus que jamais en droit de s’interroger sur ce que que font la mairie, la préfecture et la justice contre la montée en puissance de l’extrême droite radicale dans notre ville. Le silence complaisant des institutions est assourdissant. Il est grand temps que tout cela cesse.

Afin de préparer la riposte notez déjà dans votre agenda que l’Étincelle les collectifs et associations qui la composent, ainsi que de nombreuses autres structures lancent un appel à rassemblement samedi 30 janvier prochain. Le lieu et l’heure vous seront communiqués ultérieurement.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

L’extrême droite montre (une nouvelle fois) son vrai visage

Une fois encore notre local l’Étincelle a été victime d’une agression lâche de la part de l’extrême droite. Dans le week-end du 8 au 11 janvier une intrusion a eu lieu dans notre local. Des fenêtres ont été cassées et du matériel a été volé et dégradé. Cette « action » a été revendiquée sur le groupe Ouest casual un « média » fasciste  viriliste, masculiniste, ultra violent très prisé par l’extrême droite radicale en France et en Europe. 

Les symboles sont forts. Des livres ont été brûlés en autodafé. Vous lisez bien, ces dignes descendants du nazisme ont brûlé des livres dans notre jardin. Et la présence sur leur photo du tristement célèbre crâne de la Waffen-SS et d’un salut nazi ne fait que renforcer cette filiation assumée. Inutile de dire à quel point cette action nous donne la gerbe et renforce notre envie de nous battre ici et maintenant contre cette extrême droite nauséabonde que beaucoup ont jeté bien trop rapidement dans les poubelles de l’Histoire.

Cette action s’inscrit plus globalement dans un contexte angevin délétère où l’extrême droite prend de plus en plus  confiance. Depuis plusieurs années on ne compte plus les agressions, les dégradations, les menaces en direction de tous les lieux et toutes les personnes qui ont le malheur de ne pas avoir la bonne couleur peau, pas les bonnes idées politiques, pas la bonne orientation sexuelle. Nous nous étonnons d’ailleurs de la complaisance de la justice à leur égard. Il y a quelques jours encore deux militants de l’Alvarium étaient relaxés pour des faits de violence (pourtant filmés par des passants). Quand le local d’extrême droite l’Alvarium revendique la création d’une salle de sport dans le centre-ville d’Angers nous ne pouvons qu’être encore plus inquiet·es pour la suite. Inquiet·es mais aussi déterminé·es à leur barrer le passage par tous les moyens à notre disposition.Et si nous avions un doute sur son positionnement politique plus que complaisant, la mairie, pourtant propriétaire du local, ne semble pas vouloir bouger le petit doigt face à de tels actes.

Aujourd’hui même nous apprenons que les autorités locales ont décidé d’expulser la réquisition de la Grande Ourse. Ces gouvernants sont plus prompts à des personnes à la rue en plein hiver que de prendre position contre l’extrême droite. On a les combats qu’on mérite. Soutien total et indéfectible à la Grande Ourse.

Plus que jamais à l’Étincelle comme ailleurs, nous ne baisserons pas la garde. Il est grand temps que nous prenions conscience du danger que représente cette extrême droite dans notre ville. Il est grand temps de s’occuper de l’extrême droite avant qu’elle s’occupe définitivement de nous.

La solidarité est notre arme.


Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Toujours (difficilement) là

Bon, vous l’aurez remarqué, on ne brille pas par notre présence ces dernières semaines. On va pas vous mentir, le contexte actuel parvient bien à grignoter notre énergie et empêche nos possibilités, et on n’est pas les seul·e·s…

On espère bien revenir en 2031 (oups non en 2021) et retrouver quelques unes de nos meilleures habitudes : se retrouver pour échanger, débattre, concerter, manger, lire, flâner, paresser, etc.

En attendant, on peut quand même se croiser samedi prochain contre la loi de « Sécurité globale » à 14h30 au Jardin du Mail (Angers). Vous trouverez ici les attestations correspondantes.


Attestation d’appel à rassemblement pour le 28 novembre

Attestation de déplacement dérogatoire individuelle pour les manifestations

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Manif contre l’expulsion de la Grande Ourse

Le tribunal a rendu son verdict : la Grande Ourse ne bénéficiera d’aucun des délais généralement alloués aux squats avant leur expulsion.

Appel paru sur la page facebook de la Grande Ourse.

La Grande Ourse, c’est une quarantaine de personnes hébergées, un lieu de repos pour les nécessiteux-ses, une épicerie à prix libre, un bar associatif et surtout l’un des symboles angevins de la résistance au système mortifère qui nous domine. Le 1er septembre dernier se tenait l’audience des occupant-e-s du lieu, et le moins que l’on puisse dire c’est que le verdict est sévère. Même la trêve hivernale lui est retirée. La raison invoquée (existence d’une voie de fait alors qu’aucune effraction n’a été démontrée) permet en effet au juge de pouvoir ordonner l’expulsion sans délai des occupant-e-s. Un appel peut être lancé, mais dés que l’huissière sera passée, les habitant-e-s auront quinze jours pour quitter les lieux.

Cette décision suit une véritable politique anti squats au niveau local et national. Une nouvelle loi allant dans ce sens va bientôt voir le jour (voir l’article du DAL : https://www.droitaulogement.org/…/communique-alerte…/).
A Nantes, la police se montre complice de violences et d’exactions perpétrées sur des squatteureuses (voir ici : https://basse-chaine.info/... ). Dans l’ensemble des villes la justice durcit ses verdicts.
A Angers, des dizaines de personnes ont été mises à la rue ces dernières semaines alors que l’hiver approche à grands pas (voir là : https://basse-chaine.info/... ).

Si le cynisme et la brutalité des institutions qui le font fonctionner sont toujours plus présents, on ne leur cèdera rien!

Samedi 31 octobre, venez célébrer avec nous l’anniversaire de la Grande Ourse (le bâtiment avait ouvert ses portes le 1er novembre 2019), ainsi que le début de cette chère trêve hivernale. Rendez vous à 16h place de la Poissonnerie pour manifester contre l’expulsion du bâtiment et pour le relogement et la dignités de toutes les personnes à la rue. Le bar associatif de la Grande Ourse sera bien entendu ouvert après la marche…

VENEZ NOMBREUX, ON AURA BESOIN DU SOUTIEN DE TOUS ET TOUTES!!!

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Samedi 10 octobre – Loto Frites

Journée organisée par l’Étincelle.

Des frites, un loto. Du gras, du jeu. Quoi de mieux?

Évidemment la journée est organisée en respectant un protocole sanitaire.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Vendredi 2 octobre – Soirée de soutien à Vincenzo

Soirée organisée par le Comité angevin de soutien à Vincenzo

Ça y est, c’est ce vendredi (2 octobre) qu’aura lieu l’audience de Vincenzo à Angers !

Pour rappel, Vincenzo a été condamné à 13 ans de prison par la justice italienne sous le chef d’inculpation « dévastation et pillage » issu du régime fasciste italien des années 1930, qui permet de le condamner pour avoir uniquement participé à des manifestations contre le G8 de Gênes en 2001. Victime d’une terrible répression judiciaire, il s’est alors exilé en France, avant de se faire arrêter l’année dernière sous le coup de mandats d’arrêts européens. La justice française doit aujourd’hui décider de son extradition ou non vers l’Italie.

C’est pourquoi nous devrons être nombreuses et nombreux ce vendredi 2 octobre à 14h devant le palais de justice d’Angers pour montrer notre soutien à Vincenzo, notre opposition à son extradition, et notre solidarité face à la répression !

Suite à l’audience, on se donnera rendez-vous à l’Étincelle pour un debriefing du procès qui viendra de se tenir, puis pour une soirée de soutien.

Au programme de la soirée : discussion et retour sur l’audience à 18h ; repas végan à prix libre préparé par le collectif Du coeur au ventre à partir de 19h30 ; concerts à partir de 20h30 avec le trio Lo’jo suivi de DJ Set Neurofunk avec Sïam et Crossbreed to Hardcore avec Kriss pour finir la soirée.

Pensez à venir masqué.es. Un protocole sanitaire sera à respecter durant la soirée.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

On est toujours là !

Après une pause estivale et une réflexion autour de la reprise des activités, l’Etincelle rouvre tranquillement ses portes à partir de Vendredi 4 septembre avec la soirée annoncée ci-dessous.

Les activités ouvertes au public se feront selon un protocole pensé et décidé collectivement, pour se protéger au mieux les un·es les autres (par exemple : port du masque pour les déplacements en intérieur, jauge limitée…).

Nous prévoyons un petit temps convivial en extérieur début octobre si tout va bien ! On vous redit ça vite !

à bientôt quand même !


Vendredi 4 septembre – 19h – Orga: bibliothèque de l’Étincelle

Présentation du roman épistolaire de Fredy Perlman : Lettres
d’insurgé-e-s

Le roman est un échange de lettres entre deux personnes qui ont participé à un soulèvement et une occupation d’usine. Séparé.e.s par la répression et les frontières pendant 20 ans, leur conversation reprend par une critique de leurs choix de vies réciproques, ainsi que de leurs interprétations divergentes de l’événement qu’illes ont partagé. S’en suit une longue discussion sur l’implication individuelle dans des mouvements collectifs, la désillusion dans le fait « politique » et la récupération, mais aussi sur les écueils de la création d’alternatives.
Début 19h.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Confinement autogéré

Bonjour à toutes et à tous,
Compte tenu de la situation sanitaire nous sommes contraint·es de suspendre l’ensemble des activités de l’Étincelle jusqu’à nouvel ordre.
Parce que nous ne voulons pas participer à la diffusion du virus. Parce que nous ne voulons pas encombrer les hôpitaux qui subissent déjà de plein fouet cette crise sans précédent (on trouvera le temps nécessaire à la fin de l’épidémie pour rappeler aux fossoyeurs de l’hôpital public leur responsabilité historique dans cette crise). Parce que nous voulons prendre soin de vous et de nous.
Une énorme pensée pour les soignant·es d’ici et d’ailleurs. Bravo.
Comme le disent des camarades de l’État espagnol qui ont déployé une banderole sur un hôpital de Madrid: « Solo el pueblo salva al pueblo. Trabajadores sanitarios sois nuestro orgullo. ¡Mucha fuerza! »
« Seul le peuple sauve le peuple. Travailleurs·euses de la santé vous êtes notre fierté. Soyez fort·es! »
Prenez soin de vous et de vos proches. On espère revenir le plus vite possible.

Seul le peuple sauve le peuple

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire