Janvier 2019

prog  janvier exterieur.png

Mercredi 16 janvier – 20h – Soirée lecture – Orga: Bibliothèque de l’Étincelle

Soirée lecture ; Un espace-temps pour partager, écouter. Apportez ou non vos coups de coeur, morceaux choisis que vous pourrez lire ou faire lire…


Vendredi 25 janvier – 20h – Concert – Prix Libre – Orga: Kitchen Talks/Cri des Caves

Justin(e) – Punk Rock en français (Treillières)

Betteroffdead –  Punk Rock catchy (Angers/Paris)

Soft Animals – Punk Emo (Lille)

Repas vegan sur place!


Samedi 26 janvier – 20h – Projection/débat – Prix Libre – Orga: CNT/Rudy’s Back

Ère tatchérienne, quartiers pauvres du sud de Londres « Babylon » est un film coup de poing sur la réalité du racisme au quotidien, et sur la situation de la communauté jamaïcaine, le tout sur fond de reggae.

Bande annonce.

+ débat sur l’immigration et sound-system


Dimanche 27 janvier – 16h – Projection/débat – Prix Libre – Orga: Collectif Émancipation (en non-mixité, sans hommes cisgenre)

« Vénus, Confessions à nu » de Mette Carla Albrechtsen, Léa Glob (83 min)

Au Danemark, deux réalisatrices trentenaires lancent un appel à casting féminin pour un film érotique basé sur des expériences réelles. Une centaine de candidates, de leur âge ou plus jeunes, répondent spontanément à l’annonce. Dans un studio improvisé, les auditions commencent sous forme de dialogues entre les filmeuses et celles qui leur font face, une à une. Mais le dispositif du casting prend la tournure imprévisible d’une agora, les jeunes femmes interrogées s’emparant des questions posées pour s’exprimer sans détour ni fausse honte sur leur expérience et leur perception de la sexualité. Le flot choral de leurs récits et « confessions », mais aussi ce que racontent leurs visages, leurs gestes, et parfois le corps qu’elles dénudent devant la caméra, dessinent peu à peu un état des lieux collectif : la vie sexuelle d’une nouvelle génération de femmes, décidée à vivre et assumer son désir et sa liberté, mais consciente des obstacles qui les entravent parfois.
Dans cet effeuillage jamais voyeur, ni égrillard ni exhibitionniste, où la sincérité de la parole est essentielle, le regard direct du documentaire donne lieu à un film subtilement érotique, tissé de crudité et de pudeur, de mystère et d’humour, de séduction et d’audace, qui tend à chacun, femme ou homme, jeune ou vieux, un troublant miroir.


Samedi 2 février – 20h – Concert/Spectacle – Prix Libre – Orga: Collectif Émancipation

Spectacle féministe :

Punctum Diaboli de la Cie des Oubliettes    Spectacle clownesque sur la persécution des femmes. (1h15 – conseillé à partir de 14 ans)

Concerts :

Frayss Gall (Aveyron)

Punk rock festif aveyronnais ou plouk rock.

Duo entre le rock festif et le punk variét, frayssgall se veut être un groupe qui soutient de nombreuses luttes contre l’oppression, quelle qu’elle soit !
Musique brute parfois brutale, parfois naïve et animale …

How Do You Dance (Aveyron)

Tutoriel contre la sieste, aveyron.
Boite à rythme, guitare et synthétiseurs à gogo.
Publicités
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Programme décembre 2018

Vendredi 7 décembre – 20h – Prix Libre – Orga: Cri des Caves, Kitchen Talks

Soirée de soutien à La Grande Ourse – Ex-CPAM réquisitionnée !
Ce week-end là, deux plateaux de groupe sont en tournée pour un total de 6 concerts de soutien à différents lieux ou différentes luttes dans l’Ouest, et c’est au collectif à l’initiative de la nouvelle réquisition angevine que seront reversés les recettes de cete soirée !

Heavy Heart – pop punk – Nantes
https://heavyheartnantes.bandcamp.com/

Circles – punk hardcore – Nantes
https://circles44.bandcamp.com/releases

Ego Zero – punk rock – Nantes
https://egozero.bandcamp.com/

Neds – punk rock – Rennes
https://neds.bandcamp.com/releases

Il y aura aussi Kitchen Talks qui nous ferons de supers Kebabs Vegan à prix libre 🖤

Comme d’habitude, tous les comportements d’oppression tel que le racisme, le sexisme, l’homophobie, relous… ne sont pas les bienvenus.
Le respect et la bonne humeur sont bien évidemment plus que bienvenus.


Samedi 8 décembre – 20h30 – Prix Libre – Orga: CNT 49

La CNT49 présente dans son cycle d’Éducation Populaire :

» Qiu Jin, la guerrière (The Woman Knight of Mirror Lake) » film de 2011 de Herman Yau avec Huang YI.

Autour de la féministe, combattante révolutionnaire, et poétesse chinoise surnommée La chevalière du lac miroir (1875-1907) … Ce film permettra de survoler la révolution meiji et de voir la
condition des femmes chinoises en 1900, tout cela entremêlé de bonnes scènes d’action et de Kung Fu !

Suivi d’un débat autour de l’origine des luttes féministes en Chine

8decembrecnt49-1024x726

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Samedi 1er décembre : portes ouvertes de l’Étincelle

IMG-20181126-WA0000

La vie s’écoule, le temps s’enfuit…

Déjà un an. Un an que nous avons inauguré les nouveaux locaux de l’Étincelle Boulevard du Doyenné. Mais beaucoup d’habitant·e·s d’Angers (et d’ailleurs) ne connaissent pas encore notre lieu et son fonctionnement atypique. D’autres mûrissent des fantasmes sur ce qui se passerait réellement derrière nos portes. Pour vous faire votre propre opinion il n’y a qu’une seule solution : venir constater par vous-même ! Nous vous convions donc pour les portes ouvertes de l’Étincelle. Venez découvrir le lieu, son fonctionnement et les collectifs qui le composent et le font vivre.

…Au vent qui sème la tempête Se récoltent les jours de fête


Au programme:

À partir de 11h – table de presse des différents collectifs qui composent l’Étincelle.

12h – Petits grignotages

16h – Conférence sur l’extrême droite par La Horde

À partir de 18h30 – Soirée festive avec: le spectacle de magie des Tourloupes, la folk de Klem à glemm, la oi! cycliste de Secteur Pavé, le blindtest décalé de Marylene Bémol, les délicieux kebabs vegans de Kitchen Talks. La soirée se clôturera par une boom dance bretonisante. Tout un programme!

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Programme novembre 2018

Novembre couv 2018

Samedi 17 novembre – Concert -20h30 – Prix Libre – Orga : Collectif Émancipation

Petra Pied de Biche Amiens Chanson froide

Taenia Angers Gothico-yéyé

Ashka Lashnikov Naoned Riot D’Jane


Dimanche 18 novembre – Concert -16h – Prix Libre – Orga : DMDF

Goûter concert avec :

Le Singe Blanc Metz -Noise Rock

Le Crabe Nantes – Break Core


Mardi 20 novembre – 20h30 – Discussion – Orga : La bibliothèque de l’Étincelle

discutions présentation du livre

« Le pari de l’autonomie – récits de lutte dans l’Espagne des années 70 ».

De la moitié des années 60 jusqu’au début des années 80, aussi bien l’appareil franquiste vieillissant que la jeune démocratie chargée d’assurer une transition politique sans remous ont du faire face à des luttes massives et virulentes. Grèves générales, comités d’usines, mutineries dans les prisons, mobilisations massives face à la répression, apparitions de groupes autonomes au sein des conflits et prises en main de la vie de quartiers : de l’exploitation salariée à la vie quotidienne, tout allait être remis en cause.

Dans une large mesure, ce mouvement refusait d’être dirigé. La méfiance envers toute forme de représentativité était la règle plus que l’exception. La solidarité, l’auto-organisation et l’action directe s’opposaient aux tentatives de récupération ou de prises de pouvoir menées par les partis et les syndicats.

À travers les récits et les analyses rétrospectives de plusieurs protagonistes de cette époque, ce livre participe au travail de mémoire et de transmission de l’histoire des luttes autonomes. Loin de toute nostalgie envers une période révolue, il offre des pistes de réflexion pour qui cherche aujourd’hui encore à se confronter au pouvoir sous toutes ses formes.


affiche etincelle 1

1er décembre – à partir de 11h – Portes ouvertes de l’Étincelle

Déjà un an. Un an que nous avons inauguré les nouveaux locaux de l’Étincelle Boulevard du Doyenné.
Mais beaucoup d’habitant·e·s d’Angers (et d’ailleurs) ne connaissent pas encore notre lieu et son fonctionnement atypique. D’autres mûrissent des fantasmes sur ce qui se passerait réellement derrière nos portes. Pour vous faire votre propre opinion il n’y a qu’une seule solution : venir constater par vous-même !
Nous vous convions donc pour les portes ouvertes de l’Étincelle. Venez découvrir le lieu, son fonctionnement et les collectifs qui le composent et le font vivre. La journée se clôturera par une soirée festive.

[Programme détaillé à venir!]

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Programme octobre 2018

Mardi 2 octobre – MIAM MIAM – 19h à 22h

La tablée de l’Étincelle:

Associatif, expérimental et solidaire. Les bénéfices
soutiendront une caisse de soutien pour les réfugié.e.s.
Fourchette de prix entre 7,50€ et 13€


Samedi 6 octobre – Concert – 20h30 – Prix libre – Orga: DMDF/Cri des caves

SHOCK – Bordeaux – Punk Hardcore

BLACK MANTRA – Bressuire – Hardcore

Grignotage vegan sur place


Vendredi 19 octobre – Projection – 20h30 – Prix libre – Orga: CNT 49

Cycle Éducation Populaire

Qiu jin la guerrière (2011 – de Herman Yau avec Huang YI)
Autour de la féministe, combattante révolutionnaire, et poétesse chinoise surnommée La chevalière du lac miroir (1875-1907).
Suivi d’un débat autour de l’origine des luttes féministes en Chine.


Mercredi 24 octobre – Discussion – 20h – Orga: La bibliothèque de l’Étincelle

Un atelier d’imagination dans l’univers du livre « Bâtir aussi » pour vivre un moment collectif d’expérimentation. Un moment pour prolonger ensemble cette utopie ambiguë et réfléchir comment, des dynamos aux rites funéraires, des lave-linge aux assemblées, nous pourrions construire des mondes sans dominations.

https://antemonde.org/


Samedi 27 octobre – Concert – 20h – Prix libre – Orga: Le cri des caves

HELLBASTARD UK – Crust Crossover Legend

INSURGENCY UK – Crust Crossover


Vendredi 2 novembre – Concert – 20h – Prix libre – Orga: Le cri des caves

HENCHMAN Paris – Noise Punk
KUMA NO MOTOR Baiona – Hardcore Punk
GRAND MASTER KRANG Angers – Crossover Trash
DOUBLE PONEY Angers – Duo Basse Batterie

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

L’Etincelle, un lieu historique à Angers

Cela faisait longtemps que nous voulions vous raconter l’histoire de l’Etincelle, car si beaucoup connaissent probablement l’existence de ce lieu de près ou de loin,  très peu connaissent vraiment ses origines et ses secrets… Ce lieu qui fait partie de la vie angevine depuis maintenant 21 ans est devenu  un incontournable dans le milieu militant, alternatif et contre-culturel, un peu comme les Tanneries à Dijon ou l’Athénée Libertaire à Bordeaux, pour ne citer qu’elles…

Bonne lecture!

 

Un peu d’histoire…

batiment etincelle 1983.jpg

le bâtiment en 1983

A l’issue du « mouvement des chômeurs » et précaires de l’hiver 1997-1998, des collectifs et organisations (comme la LCR, AC!, le MOC (Mouvement des Objecteurs de Conscience) ou encore la Fédération Anarchiste) ainsi que des individu-e-s  décident d’ouvrir un local pour héberger leurs activités et réunions. Ces collectifs étaient auparavant impliqués dans la Maison Angevine des Mouvements Alternatifs, sorte de « grande sœur de l’Etincelle », qui accueillait entre autres la radio Alternative Radio Gribouille, désormais Radio G!
Le contexte culturel et social à l’époque sur Angers est propice aux émulations en tout genre, puisque c’est aussi à cette époque que s’ouvre la salle de concert mythique le Chabada (en 1996 précisément),  grâce à l’impulsion d’une scène musicale alternative déterminée à ce que des styles comme le rock s’implantent enfin à Angers.

Le collectif de personnes monte l’Association Culturelle Alternative (ACA) et déclare officiellement ses statuts en préfecture le 27 juin 1996.
Puis, c’est au 26 de la rue Maillé que l’association  trouve à louer le rez-de chaussé d’une bâtisse à la façade remarquable qui avait connu de multiples fonctions (garage auto, salle de danse,…).

Photo 350.jpg

    la façade remarquable de l’immeuble

                                  

Quelques travaux permettront à ce vaste espace de plain pied  d’une centaine de mètres carrés de disposer d’un hall,  d’un espace bibliothèque, d’’une arrière salle avec un point cuisine et d’une petite buvette-salle de convivialité servant à accueillir des bouffes mais aussi de nombreux concerts. Et d’ailleurs, le concert d’inauguration de l’Etincelle se déroulera au Chabada en 1997, avec un concert des Thugs, dont certains membres sont partie prenante de la vie de l’Etincelle.

Le loyer est payé chaque mois à un propriétaire privé, et l’association s’agrandit en adhérent-e-s au fil du temps.
L’étage de l’immeuble est à l’époque habité par une dizaine de ménages.
Des collectifs quittent le navire alors que de nouveaux prennent le relai, comme Reflex-No Pasaran ou plus tard, Sud Étudiant-e-s, la CNT ou encore Alternative Libertaire. Un second Collectif Emancipation (féministe) se remonte sur les cendres du premier.

Depuis le début, le bâtiment est voué à une future démolition, mais personne ne sait exactement quand. Les travaux d’entretien de l’espace seront entièrement réalisés par les membres du lieu au fil du temps avec leurs compétences, et ce malgré une salubrité discutable, notamment au niveau de la façade qui présente des signes de fatigue.

En 2005, la Ville d’Angers rachète l’ensemble de l’immeuble, mais ne prévient pas immédiatement l’association qui en est locataire. Ainsi, pendant deux ans, les loyers continuent d’être versés à l’ancien propriétaire du lieu, alors évaporé dans la nature…
C’est en 2007 que l’Etincelle reçoit un courrier officiel de la Mairie annonçant qu’elle est propriétaire des lieux et qu’il va falloir songer à partir puisque le projet immobilier qui doit remplacer la bâtisse va démarrer dans un futur prochain.
Un rendez-vous de négociation avec les services de la mairie  de l’époque permet alors à l’association de rester dans les locaux actuels en disposant d’une gratuité des loyers, en contrepartie d’un bail précaire reconductible tacitement tous les trois mois jusqu’à expulsion.

L’association ne paye alors plus que les charges qui lui incombent chaque mois et entend de multiples rumeurs quant au futur projet qui devra la remplacer, d’abord une crèche, ensuite une banque, ensuite des immeubles d’habitation…
Pendant ce temps, l’Étincelle tisse de solides liens avec le voisinage de la rue Maillé et remplit une sorte de fonction d’accueil et de lien social auprès de personnes exclues par la société qui sont habituellement refoulées des bars, cafés.

P1060180.JPG

un concert en 2011 (ici le groupe Desecrator)

 Il arrive même parfois que des services sociaux orientent des personnes démunies  vers l’Étincelle pour y passer une soirée, aller voir un concert.

Le contexte socio-politique angevin évolue au fil des actualités : l’annonce de la loi sur le Mariage pour Tous attise la haine des catholiques intégristes qui se rassemblent en tant que Veilleurs place du Ralliement pour s’opposer à cette loi.
Parallèlement à cela, les groupes fascistes d’Angers se consolident, dans l’ombre de la Manif pour Tous. Il arrive fréquemment que des tags de croix gammées ou de symboles fascistes soient retrouvés sur le portail de l’Étincelle. Ne se contentant pas de peinturlurer les portails et les façades, certains jeunes d’extrême droite se pointent parfois, alcoolisés, à la fin des concerts pour se la coller avec les membres du lieu, qu’ils n’hésitent pas à venir agresser en les traitant de « sales gauchos », « communistes » et compagnie, demandant si les membres de l’Étincelle avaient « voté Hollande » et si des « sans papiers  dormaient ici sur l’argent de leurs impôts. »

CIMG0739.jpg

le portail et la façade voisine tagué-e-s

Les agressions se multiplient à l’égard de personnes  supposées être de l’Étincelle, pendant que certains fachos désormais identifiés s’attaquent physiquement à des personnes noires dans les rues d’Angers un soir d’octobre 2016 en les traitant de « sales négresses ».

 

En novembre 2016 survient le drame des balcons, dans l’immeuble juste en face de l’Etincelle. Les membres de l’asso présent-s- ce soir-là à l’occasion d’une  conférence proposent spontanément d’accueillir au chaud et à l’abri les proches et familles des victimes avec les moyens du bord (tisanes et écoute attentive).  Remué-e-s par le choc de l’évènement, ce n’est pas simple pour certains-e-s de revenir les temps d’après dans cette rue, devenue lieu de pèlerinage pour des vautours assoiffés de photographies sordides.

Début 2017, alors que l’Étincelle se prépare à fêter ses 20 ans, elle reçoit le coup de massue toujours redouté :
une lettre officielle de la Mairie annonçant que le projet de démolition va démarrer, et qu’il faut partir… vers un autre endroit. La mairie informe que dans le cadre de sa politique  en faveur des associations, elle se doit de proposer un relogement à l’Association.
La recherche d’un nouveau local démarre, pendant que des experts défilent les uns après les autres pour effectuer de nombreuses analyses sur le bâtiment. Les membres de l’Étincelle cherchent par leurs propres moyens mais les espaces disponibles qu’ils et elles trouvent sont soit déjà rachetés par la Ville d’Angers soit totalement hors de prix au niveau des loyers.
La tension monte. Un premier bâtiment que les services de la Ville d’Angers proposent en visite ne correspond absolument pas aux besoins de l’Etincelle, il s’agit d’une maison à étages avec de toutes petites pièces difficilement modulables compte tenu d’un escalier en plein milieu…
Les membres de l’association indiquent alors qu’aucun déménagement ne sera possible tant qu’un autre lieu pouvant répondre au minimum aux besoins actuels ne leur sera proposé. C’est en effet plus de 15 collectifs et associations qui mutualisent maintenant cet espace de façon autogérée pour y proposer des activités  quotidiennement qui risquent de se retrouver sur le carreau… Une pétition de soutien à l’Etincelle compte plus de 1500 signatures en moins de deux semaines. Lors de la manif du 1er mai, un cortège un peu spécial vient gonfler les rangs des manifestant-e-s : une batuccada de l’Etincelle sera rejointe par de nombreux-ses personnes, angevines ou non dans une ambiance familiale. Parallèlement à cela, des contacts téléphonique quotidiens en direction des services de la Ville sont émis afin de demander de nouvelles visites, et des membres de l’Etincelle participent à des réunions publiques de la Ville afin de pouvoir s’adresser directement au Maire.

WP_20170524_004.jpg
Finalement, d’autres visites sont proposées, la Ville d’Angers présente un local boulevard du Doyenné, accepté par l’Association, ce qui fait encore un petit clin d’œil au Chabada puisque c’est maintenant son nouveau voisin.

17072017937.jpg

Il faut déménager très vite ; en une semaine, les membres du lieux ont réussi à déplacer 20 ans d’activités, au prix de quelques tours de déchetterie et de quelques maux de dos.

Et maintenant…

Une convention d’occupation des locaux est donc signée  fin juillet 2018. L’association paye les charges mensuelles à la mairie, et prend à sa charge l’ensemble des travaux réalisés dans le local pour le rendre fonctionnel aux activités  des collectifs.

Depuis le début, l’association a fait le choix d’occuper les locaux sur un mode conventionnel et contractuel. Ainsi, à aucun moment le bâtiment au 26 rue Maillé n’a été squatté, contrairement à ce que certains prétendent encore parfois. Des baux (précaires ou non) ont toujours lié l’association à ses propriétaires, qu’ils soient privés ou publics.

A aucun moment, l’association n’aura réclamé la moindre subvention à qui que ce soit, ni à la DRAC, ni même à la Ville d’Angers.
Comme elle l’a toujours dit, son indépendance financière est la garantie de son autonomie, et même si cela peut amener à des mois parfois difficiles, cela en vaut la chandelle.
De plus, même si elle en avait les moyens et l’énergie, l’Étincelle ne s’octroie pas non plus le droit de surveiller scrupuleusement les actions des collectifs à qui elle offre de temps à autre son espace. Pour autant, ce lieu militant, associatif et autogéré continue de chercher, d’expérimenter et de proposer des solutions alternatives au monde capitaliste actuel. Les collectifs qu’elle réunit sont tous mobilisés à leur échelle contre les discriminations et injustices que génère cette société. Ainsi et depuis toujours, de par la diversité des collectifs et ateliers, cet espace offre aux angevin-e-s (mais pas que) un véritable lieu de réflexions, d’expérimentations et de lutte. Cette diversité va de l’antiracisme à la lutte pour la liberté et l’égalité animale, en passant par l’antifascisme, le féminisme et l’implication dans une scène musicale et artistique alternative à l’industrie mainstream.

Certains collectifs proposent également des solutions pour soutenir une agriculture locale et respectueuse de l’environnement, pendant que d’autres offrent des temps de soutien aux personnes en difficultés, des moments d’échange et de réflexion conviviaux autour d’une film, d’un ordinateur, d’une lecture, d’un repas végétarien/végétalien ou d’une soirée festive. L’Étincelle encourage, soutient et collabore également à des espaces (squats, zads, projets collectifs…) qui expérimentent et luttent pour des alternatives au monde oppressif et inégalitaire dans lequel nous vivons.

Enfin, l’Étincelle essaie déjà de faire ses activités du mieux qu’elle peut avec les moyens du bord, et ce depuis 21 ans, ce qui n’est pas si mal finalement…

etincelle new.jpg

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Une tentative d’incendie…

Dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23 septembre, une tentative d’incendie a été constatée sur le local dit « l’Étincelle » qui héberge l’Association Culturelle Alternative au 56 bd du Doyenné à Angers. Le dimanche matin, des membres de l’association ont découvert des dégâts mineurs parce que l’incendie a été maîtrisé à temps.

Des morceaux de verre ont également été retrouvés devant l’entrée du lieu. Les services de police nous expliqueront plus tard être intervenus vers 3h devant le lieu et avoir éteint la flamme en cours.

Les membres de l’association, ont prévenu les services de la mairie, propriétaire du bâtiment.

Ce n’est pas la première fois que l’Étincelle est la cible de dégradations une croix celtique (symbole repris et utilisé par les groupuscules d’extrême droite) avait été taguée dans l’entrée il y a quelques mois, puis de la colle dans les serrures quelque temps plus tard. De même, à l’époque où cette association était encore installée rue Maillé, elle avait dû faire appel aux services de nettoyage de la Ville d’Angers à maintes reprises pour effacer des croix gammées taille XXL et des inscriptions mentionnant des groupuscules néo-nazis désormais dissous.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire